SALOME DE FONTAINIEU

Le travail pictural de Salomé de Fontainieu s’articule autour de plusieurs axes formels. Pour les Encres, l’artiste utilise une plume métallique fixée sur une longue baguette afin de tracer des lignes verticales à distance sur du papier. Ces lignes parallèles et les espaces aléatoires qui les séparent, confèrent un rythme et une musicalité à l’ensemble des tableaux. Tout cela s’inscrit dans un espace formé d’une succession de lignes qui se superposent. Cette multitude de traces compose de ce fait une perspective de fond qui s’offre en transparence. S’ajoutent des coulures, des taches et autres « accidents » qui animent ces paysages comme les mouvements d’une pensée en cours. Ainsi, se développe sous nos yeux un espace linéaire rythmé par des pleins et des vides. La musicalité et le lyrisme du geste scandent la toile et entretiennent des affinités entre les traces d’encre de Chine. Aussi, un glacis de peinture acrylique très souvent décliné dans une gamme chromatique de blancs, s’associe à ces partitions abstraites. Ce glacis entourant certaines parties du tracé participe activement à la profondeur de champ. La verticalité manifeste du trait de l’artiste apparaît enfin comme le pivot central de l’œuvre.

En ce qui concerne « les Collages », l’artiste met en place un langage plastique sous la forme d’aplats de peintures sur du carton. La découpe qui suit ce premier geste et le positionnement de ces modules conduisent à un exact équilibre. Ce processus d’occupation d’un espace choisi s’accompagne d’un jeu de correspondances entre les différentes couleurs. Le matériau découpé est alors mis en perspective et en relief. Cette architecture découle comme pour les Encres d’une superposition qui participe à la profondeur du tableau. Ces travaux peuvent-être pensés, en quelque sorte, comme des sculptures statiques. Le point de vue adopté et mis en œuvre offre ainsi au spectateur un « paysage » mental d’une grande efficacité et d’une grande élégance. Ces deux principales techniques utilisées par Salomé de Fontainieu entrent parfaitement en résonnance et peuvent se rejoindre pour de nouvelles propositions.

Expositions collectives :

  • 2014 • The Salon, Galerie Diane de Polignac, New York.
  • 2013 • Manufacture des Gobelins, Paris.
  • 2013 • Galerie Homer de Richard Mishaan, New York.
  • 2013 • The Salon, Galerie Diane de Polignac, New York.
  • 2013 • Masterpiece, Galerie Diane de polignac, London.
  • 2008 • Salon du design, le VIA, Milan.

Exposition personnelle :

  • 2007 • Ministère de la Culture et de la Communication, Paris.